Le premier tournoi de la saison est toujours excitant étant donné que tu as envie de mesurer les progrès que tu as fait durant la “pré-saison”, période de préparation.

Pour mon premier tournoi de l’année, j’ai joué à Los Angeles. Lors de mon premier tour, j’ai affronté un américain 550 ATP. En jouant de manière agressive, j’ai produit un bon tennis. Malheureusement, de petites fautes aux moments importants ne m’ont pas permis de passer l’épaule et je m’incline donc sur le score de 6/4 6/4.

Mon deuxième tournoi a eu lieu à Long Beach, au milieu d’un énorme parc. Je suis rentré en lice le mardi contre un joueur américain universitaire, Logan Smith, Malgré la tension, j’arrive à arracher le premier set 6/4. Me faisant breaker au début du second set, je n’arrive pas à rattraper mon retard et je perds le set 6/4. Au troisième set, les jeux ont commencé à défiler rapidement et je me retrouve mené 5/1. À ce moment du match, je décide de jouer point après point. Contre tout attente, je remonte jusqu’à 5-5, et mène ensuite 6/5, mais je finis par perdre 7/6 au tie-break. La sortie du court est très compliquée pour moi, je broie du noir et suis énervé.

Après quelques jours difficiles pour mon moral et de longues discussions avec mon entraineur, je retourne m’entrainer afin de préparer au mieux mon prochain tournoi à Hawaii, un Challenger (75’000$). Sur place, j’ai retrouvé Marco Chiudinelli et Henri Laaksonen avec qui j’allais disputer, deux semaines plus tard, la Coupe Davis. De part mon classement, je devais gagner seulement 2 matchs au lieu de 3 pour me qualifier. J’ai joué mon premier tour contre un universitaire allemand qui n’avait pas de classement. Je remporte le premier set 6/3 puis mon adversaire décide d’abandonner en raison d’une intoxication alimentaire. Je me retrouve donc au dernier tour des qualifications. Avant le match, je me répète sans cesse de prendre du plaisir et de jouer libéré. Et malgré la perte du premier set, je continue de me battre sur chaque balle et d’appliquer ma tactique. Je finis par être récompensé par mes efforts en remportant le deuxième et le troisième set. Me voilà pour la première fois qualifié pour un tableau final de Challenger. Deux jours plus tard, je joue un américain classé 260 ATP, Mackenzie McDonald.  Je m’incline 6/2 6/4 face à un adversaire plus solide et plus fort que moi ce jour-là. Je retiens malgré tout beaucoup de positif de ce tournoi et surtout 2 victoires qui m’ont fait du bien au moral. Après 2 jours de détente, je me suis envolé pour Birmingham en Alabama pour participer à la Coupe Davis.

Avec l’arrivée du capitaine le lundi soir, la semaine de préparation fût un peu plus courte que d’habitude. Comme lors de chaque rencontre, les entraînements ont été de qualité et très riches en enseignements. Le vendredi, Marco et Henri ont affronté respectivement Jack Sock et John Isner. Pour les deux, la marche fût trop haute et nous étions donc logiquement mené 2-0 le vendredi soir. Le samedi est le jour du double : opposé à Sock/johnsson, Adrian Bossel et Henri Laaksonen ont très bien joué mais cela n’a pas suffit. Ayant perdu la rencontre, le capitaine Severin Lüthi a décidé de me faire jouer le dimanche. Mon adversaire, Steve Johnsson (34 ATP) a été le meilleur joueur que j’ai dû affronter depuis le début de ma carrière. J’avais comme objectif sur ce match de jouer de manière très agressive et d’aller chercher au maximum mes points au filet. Face à un joueur un peu plus régulier, je m’incline sur le score de 6/4 6/3. Evidemment déçu de ne pas avoir gagné, je sors la tête haute du terrain. Je retiens notamment la façon dont j’ai appliqué mon plan de match. Peut être qu’aujourd’hui mon agressivité et mon manque d’efficacité au filet m’ont couté ce match mais je suis persuadé que pour pouvoir me faire une place au sein des meilleurs c’est le style de jeu que je dois produire.

Pin It on Pinterest

Shares