coupe davis ouzbekistan

Le mois de septembre a été riche en émotions et surtout marqué par notre maintien en Coupe Davis dans le groupe mondial. Comme lors de chaque rencontre, nous sommes arrivés sur place une semaine à l’avance durant laquelle nous avons pu faire des entraînements de qualité pour nous préparer au mieux pour le week-end. En l’absence de Roger Federer et Stan Wawrinka, nous étions conscients que la tâche allait être difficile mais pas impossible.

Durant l’entraînement de jeudi, le capitaine Severin Lühti, m’a fait part de son désir de vouloir me faire jouer en simple le vendredi. J’allais donc disputer mon premier match sous les couleurs suisses au meilleur des 5 manches (3 sets gagnants) face à Denis Istomin, ancien 33ème  joueur mondial. Rattrapé par l’événement, je n’ai pas su me libérer totalement et je m’incline logiquement en trois sets (6/3 6/2 6/4). Je sors du terrain légèrement frustré étant donné que je n’ai pas pu produire mon meilleur tennis mais également très déçu de ne pas avoir pu apporter le premier point à mon équipe. Heureusement, nous avons pu compter sur Henri Laaksonen qui a été très solide tout au long de son match pour nous remettre à égalité 1-1.

Le double du samedi allait donc jouer un rôle crucial dans la rencontre. Notre capitaine a décidé d’aligner Adrian Bossel aux côtés d’Henri Laaksonen. Ce choix fut payant étant donné qu’ils se sont imposés en 3 sets (6/4 6/2 7/6) face à la paire ouzbeke Denis Istomin/Farrukh Dustov. Il ne restait donc plus qu’un point à marquer pour rester dans le groupe mondial. Et la première occasion allait être pour Henri Laaksonen qui jouait face à Denis Istomin.

Le dimanche matin, lors de mon échauffement, « Seve » m’a tenu informé que s’il y avait un match décisif, il me choisirait. Je vous avoue que l’attente durant le match d’Henri n’a pas été évidente. D’un côté j’avais envie d’aller l’encourager au bord du terrain, d’un autre côté, je devais essayer de ne pas perdre trop « d’influx » au cas où je devais disputer le cinquième match. C’est après 4h08 de combat que mon compatriote s’incline sur le score de 6/7 7/6 7/6 7/5. Me voilà donc parti pour jouer ce fameux cinquième match. Une fois de plus, je savais que l’enjeu était très important, mais je tenais absolument à ne pas commettre la même erreur que vendredi. Je décide de commencer le match pied au plancher et de jouer de manière très « agressive ». Alors que je dominais largement mon sujet, au moment de conclure, ce fut la panique. Menant 6/2 6/4 5/1, je laisse mon adversaire remonter à 5/5 et finalement je perds le set 7/6 en ayant eu 4 balles de match… Ne me laissant pas abattre par l’occasion en or que je venais de rater, j’ai continué d’écouter les précieux conseils de « Seve » qui m’ont permis de rester focalisé sur mes intentions de jeu. Alors que la nuit commençait à tomber sur Tachkent, j’ai su reprendre le dessus face à mon adversaire pour remporter ce match ! Libéré par l’émotion, j’éclate de joie et je m’empresse d’aller rejoindre mon équipe pour célébrer cette magnifique victoire.

PS : N’hésiter pas à vous rendre dans ma rubrique « Presse » pour consulter d’autres articles et images concernant cette incroyable semaine de Coupe Davis.

Presse

 

Pin It on Pinterest

Shares