Après ma tournée suédoise, j’ai enchainé avec un Future (25’000$) à Saint-Dizier en France. Pour m’y rendre, j’ai choisi de prendre le train, ce qui me semblait être le moyen le plus rapide depuis Genève avec seulement deux changements, l’un à Lyon et l’autre à Dijon. En arrivant en gare de Dijon, j’apprends que ma correspondance est supprimée… Renseignements pris, je découvre que je vais devoir poursuivre mon voyage en bus en direction de la gare de Chaumont qui se trouve à 110 km de Dijon. En mode « «excursion» j’arrive enfin à Chaumont pour la dernière étape. Malheureusement la SNCF avait annulé le train et je me retrouve de nouveau dans le même bus pour terminer mon interminable voyage. Il est 22h30 et me voilà enfin à Saint-Dizier avec plus de 4 heures de retard. Bien évidemment pas de taxi pour m’emmener à mon hôtel, ni de restaurant ouvert à cette heure tardive… une véritable galère.

Heureusement le lendemain, j’ai pu faire deux bonnes séances d’entraînement afin de préparer au mieux mon match. Opposé au premier tour au français Maxime Tabatruong (470 ATP), je savais qu’une grosse partie m’attendait. Le début de match fut serré et équilibré. Malheureusement, en ne gérant pas très bien la fin du premier set, je vois celui-ci m’échapper à 6/4. Durant le deuxième set, j’ai su être plus incisif et plus performant aux points importants ce qui me permet de l’emporter 6/2. Au troisième set, j’ai été le premier à me procurer des balles de break sans pour autant les convertir. En laissant passer ma chance, c’est finalement mon adversaire qui finit par remporter le match.

Après une semaine passée à Barcelone pour tester une nouvelle académie, j’ai réfléchi à ma programmation et j’ai décidé de tenter ma chance sur un Challenger à Eckental, près de Nuremberg. Je me suis donc envolé le vendredi matin pour l’Allemagne. Au premier tour des qualifications, j’ai été opposé à l’ukrainien Denys Molchanov (ancien 160ème joueur mondial en simple et 72ème en double). En commençant très bien mon match, je mène rapidement 4/1 au score. Mis sous pression constante, je finis à mon tour par concéder un break à 4-2 puis un second à 6-5. Mené 1 set à rien, je continue à m’accrocher en essayant de trouver la solution. Même si quelques opportunités se sont présentées à moi, mon adversaire a su garder un break d’avance grâce à son expérience et à sa gestion des moments importants. Malgré la défaite (7/5 6/4), je tire énormément de positif de ce match sur le plan de l’expérience mais également d’un point de vue tactique.

 

Ce Challenger m’a vraiment donné l’envie de continuer dans cette voie! C’est pourquoi, j’ai décidé de jouer ce week-end les qualifications d’un autre Challenger en France. Et même si les matches sont plus difficiles dès les premiers tours, je continue avec une grande motivation mon apprentissage sur le circuit ATP.

Pin It on Pinterest

Shares